La batterie de Crisbecq a été construite par l’organisation TODT à partir de l’été 1941.

L’emplacement de la batterie a été choisi après hésitation entre deux endroits. En effet, le premier retenu était sur le mont Enaut, près de Dodainville, mais c’est finalement celui d’aujourd’hui, près du village de Crisbecq qui a été choisi pour son altitude de 28 mètres et son panorama qui offre une vue imprenable de la Pointe du Hoc à Saint Vaast la Hougue.

 

CONSTRUCTION DE LA 3EME CASEMATE TYPE R683 - MAI 1944La construction de la batterie commence en été 1941, elle est supervisée par l’organisation TODT qui installe son PC au château de Germiny à St Marcouf de l’île. Elle y fait travailler des prisonniers russes et polonais qui logeaient dans des baraquements en bois près du château de Francqueville près de Sortosville. Plus tard en 1943 pour accélérer les travaux, des ouvriers français employés par l’organisation TODT arrivent de Paris et de Bretagne pour travailler sur le chantier. Le ciment et les matériaux nécessaires à la construction des blockhaus arrivent du gros dépôt de l’organisation TODT à la gare du Ham près de Montebourg, puis le ciment est stocké dans une bergerie en arrière de la batterie.

 

Dans un premier temps, l’organisation TODT construit 5 encuvements pour canons de 155mm français St Chamond, appartenant à la 3° batterie du 1261 HKAR (Régiment d’artillerie côtière de l’armée de terre). En décembre 1942 une seconde phase de construction est entreprise, elle concerne les abris et les soutes à munitions. Puis fin 1943 c’est au tour des casemates. C’est à ce moment là qu’elle change d’appartenance, elle passe de l’armée de terre à la marine, MAA 260 groupe d’artillerie côtière de marine, basée à CHERBOURG, qui y installe des canons de 210mm. Cependant, étant trop excentrée de son commandement, elle reste rattachée à la 3° batterie du HKAR 1261, qui, elle, est transférée à Fontenay avec ses canons de 155. Pour les différencier les allemands la nommeront alors « batterie Marcouf ».

 

 

The Crisbecq Battery was built by the TODT organisation from summer 1941

 

The place of the battery was chosen from two possibilities : the first one was on the mount Enaut, near the village of Dodainville, but it’s the current one that was chosen in the end, near the village of Crisbecq in Saint-Marcouf-De-L’Isle, for its elevation of 28 meters and its panorama which offers an amazing view from the Pointe du Hoc to Saint-Vaast-La-Hougue.

CONSTRUCTION DE LA 3EME CASEMATE TYPE R683 - MAI 1944

The construction of the coastal battery began in summer 1941, it was supervised by the TODT organisation which set up its commanding post in Germiny castel in Saint-Marcouf-De-l’Isle. It employed russians and polish prisonners who slept in wood barracks near Francqueville in Sortosville. Later, in 1943, to accelerate the building site, the TODT organisation employed french civilians coming from Paris and french Brittany. The cement supply and other needed materials for the construction of blockhaus came from the TODT deposite from Ham railway station, near Montebourg, then it was stored in a farm behind to the battery.

Firstly, the TODT organisation built 5 open gun places for 15,5 cm French GPF guns, which used to belong to the 3rd Battery of the 1261 HKAR (Coastal artillery regiment of Army). In december 1942, a second construction phase started for the shelters and ammunitions bunkers. Then, late 1943, it was time to build troops bunkers. It was at this moment that the command of the battery was given from Land Army to Navy, the MAA 260 Marine coastal artillery, based in Cherbourg, which installed 21,0 cm guns. Nevertheless, being too far from its commanding post, the battery remained attached to the 3rd Battery KKAR 1261 which was transfered to Fontenay with its 15,5cm canons. To differenciate both of them, germans called this place « Marcouf Battery ».


Comments are closed.