Premiers bombardements …

Bombardée à partir du 20 avril, cette batterie a reçu 2800 tonnes de bombes, mais est encore opérationnelle le matin du 6 juin. Le plus violent bombardement a lieu dans la nuit du 5 au 6 juin, mais à la suite d’une erreur de repérage les avions alliés bombardent le village de Saint-Marcouf de l’Isle, à la place de la Batterie. Ils rasent suite à cette erreur une bonne partie du village, causant la mort de 35 civils.

Le matin du 6 juin …

TOUT A COMMENCE ICI!

A l’aube du 6 juin 1944, 5h52: Ohmsen aperçoit à l’horizon les flottes alliées… Il alerte Cherbourg et reçoit l’ordre d’ouvrir le feu sur les ennemis. Retentit alors le 1er coup de canon du débarquement… S’entame alors un duel d’artillerie de marine entre la Batterie de Crisbecq, et les navires au large d’Utah Beach. Les canons de la Batterie coulent alors le destroyer USS CORRY.

Le 8 juin …

Les Américains arrivant devant l’enceinte de la Batterie, les Allemands se cachent dans leurs abris et Ohmsen demande à la Batterie voisine d’Azeville de tirer sur sa position pour en chasser l’ennemi. Sous une pluie de bombes, les Américains se retirent en désordre. Profitant de la confusion, les Allemands les poursuivent et les repoussent au-delà de leurs lignes de départ, faisant ainsi 90 prisonniers.

La capitulation …

Les 10 et 11 juin, la Batterie de Crisbecq est soumise une fois encore à plusieurs bombardements, mais faute d’effectif les Américains ne donnent pas d’assaut. Dans l’après-midi du 11 juin, Ohmsen reçoit l’ordre d’abandonner la Batterie avec ses hommes. Il laisse donc sur place 21 soldats blessés intransportables, ainsi que les prisonniers. Avec  les 78 survivants qui le suivent, il perce l’encerclement et rejoint les lignes à 10km d’ici.

Comments are closed.